Commentaire de marché

09/05/2019



Le mois d'avril fut encore un très bon mois pour les marchés actions. Ainsi, le MSCI World a affiché un taux de progression de 3,6 % portant sa performance depuis le début de l'année à +16 %. Le marché actions américain a même battu de nouveaux records en progressant de +3,9 % sur le mois alors que l'Eurostoxx 50 a progressé de +4,9 %. Le marché émergent a également progressé de 2,5 % environ et le FTSE 100 anglais, malgré le calendrier chargé du Brexit, s'est adjugé un peu moins de 1,9 %.

Comment expliquer ce 4ème mois de hausse consécutive des marchés actions, avec des performances depuis le début de l'année qui peuvent donner le tournis ?

Au niveau macro-économique tout d'abord, les chiffres publiés traduisent une économie toujours robuste. Ainsi la croissance du PIB américain a surpris tout le monde en affichant une croissance de +3,2 %. En Europe, la croissance est certes plus modeste avec un taux de 1,2 % mais ce chiffre stoppe la décélération enregistrée durant l'année 2018. En Chine, pays évidemment très surveillé lorsque l'on s'intéresse aux perspectives de croissance mondiale, les mesure de stimulus économique ont commencé à porter leurs fruits comme l'ont montré les publications économiques et le dynamisme de la croissance du crédit domestique.

Au niveau des entreprises aussi, les nouvelles ont été encourageantes. Il est vrai que les prévisions de résultats de la part des analystes avaient été abaissées, mais sur ce plan là aussi, les surprises ont été globalement positives et ont rassuré les investisseurs.

Enfin, les marchés ont également profité de bonnes nouvelles sur le front géopolitique. Durant le mois d'avril, les signes d'avancées des négociations sur le commerce entre le Chine et les Etats-Unis s'étaient multipliés ce qui éloignait à l'époque les craintes liées au commerce mondial. En Europe, les élections espagnoles ont donné un résultat moins mauvais que redouté, avec le centre-droit qui est arrivé en tête, ce qui limite l'impact des partis populistes.

Ainsi, les investisseurs ont l'impression actuellement de vivre en plein conte de fées. On parle même depuis quelques temps d'économies "Boucle d'or" (en anglais, "Goldilocks economy") en référence au conte ds frères Grimm dans lequel la fillette se régale de la bouillie du petit ours qui n'est "ni trop chaude, ni trop froide". En effet, actuellement, tout semble se passer comme si nous étions dans la situation d'équilibre idéales dans laquelle l'économie peut prospérer durablement avec une croissance solide ni trop faible, pour s'éloigner de la récession, ni trop forte pour éviter tout dérapage de l'inflation. Cette situation permet ainsi aux banques centrales de conserver le discours accomodant qui est le leur depuis la fin de l'année dernière.

Sénèque écrivait "La vie ressemble à un conte : ce qui importe, ce n'est pas sa longueur mais sa valeur". Pour l'heure, ne boudons pas notre plaisir et espérons que les marchés financiers sauront prolonger la longueur du rebond.